COVID-19 – Que penser de la chloroquine ? L’avis de William Dab

Beaucoup s’interrogent sur l’intérêt de la chloroquine pour soigner le covid. Voici ce que j’en pense.

Le principe de base de l’éthique médicale et scientifique est de soumettre ses résultats aux pairs avant de de crier victoire. Actuellement, la seule arme d’efficacité prouvée est le respect des règles d’hygiène. Annoncer prématurément et publiquement une solution médicamenteuse non évaluée par les pairs est irresponsable et peut contribuer à faire relâcher la garde.

Au début de chaque épidémie, on a toujours un malin qui prétend avoir la solution. Nous avons connu cela lors de la montée de l’épidémie de sida. En situation d’incertitude, il est humain de chercher à se rassurer et de se raccrocher à une solution facile. Les scientifiques et les médecins doivent éviter d’alimenter ce penchant.

La piste de la chloroquine est intéressante, il est possible qu’il y ait une voie thérapeutique. Les scientifiques chinois ont montré une activité virucide in vitro, mais disent bien qu’il faut tester rigoureusement la molécule chez l’homme. Ce n’est pas encore fait.

Ensuite, si l’efficacité du médicament est démontrée chez l’homme il y aura d’autres questions à envisager avant de se lancer dans un traitement de masse. En particulier, il faudra s’assurer que la chloroquine ne provoque pas de résistance virale. Or, de nombreuses monothérapies sélectionnent rapidement des virus résistants. Dans le cas du sida, je rappelle qu’il a fallu associer 3 antiviraux pour contrôler la maladie.

Enfin contrairement à ce qu’affirme le président des États-Unis, la FDA n’a pas autorisé la chloroquine dans le traitement du covid.

 

Rejoignez le groupe de discussion mis en place par Red-on-line sur LinkedIn pour échanger avec les responsables HSE, notre équipe juridique et William Dab : Covid-19 – HSE Red-on-line Experts Forum

 

William Dab
Professeur titulaire de la chaire d’Hygiène et Sécurité du Cnam où il forme des spécialistes des risques sanitaires du travail et de l’environnement, notamment par une filière d’ingénieur en gestion des risques, William Dab est médecin et docteur en épidémiologie. Sa carrière a été entièrement consacrée à la sécurité sanitaire qu’il s’agisse d’outils d’évaluation, de surveillance et de gestion des risques. Ancien directeur général de la santé, il a été membre du comité exécutif de l’OMS et président du comité européen environnement et santé pour la région Europe de l’OMS. Il a notamment publié « Santé et environnement » dans la collection Que sais-je ? (PUF) et « La Santé et le Travail » chez Arnaud Franel.

Ajouter un commentaire