Entreprises et santé : l’absence au travail

Un gisement de données insuffisamment utilisé

Les données d’absence au travail existent dans toutes les entreprises, en général de façon fiable. Et pourtant, ces données sont à la fois insuffisamment et mal utilisées.

De nombreux indicateurs possibles

Les indicateurs d’absence au travail peuvent être calculés à partir de trois items : la fréquence, la durée et la proportion d’employés absents. Il s’ensuit qu’un tableau de bord de l’absentéisme peut comporter au moins une dizaine d’indicateurs.

Comment les choisir ? Tout dépend évidemment de l’objectif poursuivi. En termes de santé, il est reconnu que la durée d’absence est un meilleur reflet de l’état de santé que la fréquence. En termes managériaux, la fréquence est souvent privilégiée, car une multiplication d’arrêts de travail courts crée des difficultés opérationnelles.

À plusieurs reprises, j’ai pu constater que les différentes entités d’une même entreprise ne prenaient pas en compte les mêmes indicateurs d’absence ou ne les calculaient pas de la même façon. Par exemple, certains calculaient la durée sur une base calendaire de sept jours par semaines, tandis que d’autres se basaient sur des semaines de cinq jours travaillés. Une harmonisation des modes de calcul est donc indispensable de même qu’une réflexion sur le sens et l’usage des indicateurs.

Attention aux comparaisons hâtives

Il est tentant de comparer ses niveaux d’absence à ceux d’autres entreprises comparables. Cependant, cela soulève beaucoup de difficultés. Tout d’abord, qu’est-ce qu’une entreprise comparable : même secteur, même taille, même région, etc. ? Ensuite, pour que la comparaison soit valable, il faut au moins que la structure démographique des entreprises comparées soit la même, car l’âge et le sexe sont deux facteurs qui influencent fortement la fréquence et la durée des absences. Enfin, il faut prendre en compte le fait que de très nombreux facteurs financiers, sociaux, managériaux, personnels influencent les niveaux d’absence. De plus, ces facteurs ne sont pas indépendants. Ce qui fait que les outils statistiques les plus usuels ne sont pas adaptés à l’analyse du phénomène de l’absentéisme.

En pratique, je conseille plutôt de comparer l’évolution des taux d’absence de la même entreprise dans le temps. Cela fournit des indications plus utiles pour la prévention qu’une comparaison externe.

Quelques repères utiles

Récemment, le gouvernement a projeté de transférer l’indemnisation des arrêts de courte durée de la sécurité sociale vers les entreprises. La raison d’un tel choix serait que les arrêt-courts reflèteraient la qualité du management plus que la santé. Par conséquent, l’indemnisation par l’assurance maladie ne serait pas justifiée.

Dans mon équipe Mounia Hocine et Tom Duchemin ont analysé les données d’absence de la mutuelle complémentaire Malakoff Médéric Humanis. Leurs travaux ne permettent pas de soutenir pleinement l’hypothèse gouvernementale. Les résultats seront présentés au salon Préventica le mercredi 22 mai de 16h à 17h en salle F.

En raison de leur disponibilité et de leur fiabilité habituelles, les données d’absence représentent un gisement de données très utiles pour identifier les besoins de santé des entreprises et évaluer leurs actions de prévention. Mais ce gisement reste encore trop peu et trop mal exploité.

 

Vous pouvez échanger et poser vos questions à William Dab et aux équipes Red-On-Line dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux LinkedIn et Twitter : @HSE_Rol et @DabWilliam.

 

William Dab
Professeur titulaire de la chaire d’Hygiène et Sécurité du Cnam où il forme des spécialistes des risques sanitaires du travail et de l’environnement, notamment par une filière d’ingénieur en gestion des risques, William Dab est médecin et docteur en épidémiologie. Sa carrière a été entièrement consacrée à la sécurité sanitaire qu’il s’agisse d’outils d’évaluation, de surveillance et de gestion des risques. Ancien directeur général de la santé, il a été membre du comité exécutif de l’OMS et président du comité européen environnement et santé pour la région Europe de l’OMS. Il a notamment publié « Santé et environnement » dans la collection Que sais-je ? (PUF) et « La Santé et le Travail » chez Arnaud Franel.

 

 

Ajouter un commentaire