Engagements des entreprises pour la sécurité routière

Par une instruction du 21 octobre 2016, le ministre de l’intérieur appelle les préfets de France à reprendre l’appel national lancé par 21 grandes entreprises françaises en faveur de la sécurité routière afin de mobiliser un maximum d’entreprises sur le sujet.

En effet, le bilan 2015 de l’accidentalité révèle que 14 % des usagés tués sur la route le sont lors d’un trajet lié au travail. Par ailleurs, la Cnamts (Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés) indique que les accidents du travail sont le premier risque mortel d’accidents du travail. Ainsi, ces entreprises ont pris des engagements contraignants dans la mesure où ils seront opposables aux signataires s’ils n’étaient pas respectés.

Sécurité routière des slariés

Dans l’optique d’améliorer la sécurité de leurs salariés, ces entreprises se sont engagées à limiter les conversations téléphoniques au volant au cas d’urgence, prescrire la sobriété sur la route, exiger le port de la ceinture de sécurité, ne pas accepter le dépassement des vitesses autorisées, intégrer des moments de repos dans le calcul des temps de trajet, favoriser la formation à la sécurité routière et encourager les conducteurs de deux-roues motorisés à mieux s’équiper.

Vous pouvez vous informer sur le site internet de la sécurité routière : instruction du 21 octobre 2016.

Pour rappel, dans une recommandation du 11 mai 2015, l’Assemblée Plénière du CNSR (Conseil National de la Sécurité Routière) a fait part au ministère de l’Intérieur des mesures à mettre en oeuvre afin de garantir l’efficacité du système de contrôle-sanction en matière d’infractions routières. A ce titre, le CNSR a notamment recommandé que les entreprises soient obligées d’assurer la traçabilité temporelle des conducteurs sur leur parc de véhicules, sous peine de sanctions dissuasives.

conformite HSE international HSE